#1 On a testé : le retour au savon

Gel-douche : je t’ai aimé…

salle de bains avec gels douches
Ceci n’est PAS ma sdb d’étudiante (I wish)

Je ne sais pas quel âge vous avez mais, moi j’ai 36 ans, et enfant, ma mère nous savonnait mes frères et moi avec un gant et du « vrai » savon. Ma famille était modeste et je me suis toujours dis que l’usage du savon était lié à des contraintes économiques. Je regardais donc les pubs pour les gels-douches avec envie (ahlala Tahiti Douche), comme s’ils étaient signe d’aisance matérielle voire d’une meilleure hygiène (oui j’étais gravos).

Puis, je me suis installée seule. Premier geste d’adulte qui se gère : j’ai mis directement un gel-douche – symbole de mon libre-arbitre – dans ma micro-salle de bains: celui du supermarché d’abord, puis après, oh évolution financière, celui de la pharmacie (fameuse huile lavante qui sent si bon et qui rend la peau soyeuse).

Et j’étais heureuse avec ces flacons en plastoc, à usage unique, que je consommais et jetais sans réfléchir, sans jamais me poser de question. Des formats voyage, des formats 1 L, que je stockais au cas où.

…mais je te quitte

SAUF QUE. J’ai entamé ma réflexion sur le plastique à usage unique en lisant une revue… dans mon bain. Anecdote véridique. Avec tout autour de moi: l’huile lavante, mon shampoing, celui de Monsieur, l’après-shampoing, le gel lavant pour le visage, le rideau de douche, l’éponge étoile en plastique. J’ai donc réalisé à ce moment précis que la pièce du bien-être était surtout celle du plastique jetable

Alors, quand on a décidé de démarrer notre greenitiation dans la team Obazine (après être passée à la gourde bien sûr), j’ai commencé par ce qui me semblait le plus facile : remplacer mon huile lavante (une fois le flacon fini, pas de gaspillage mes amis) par un « vrai » savon.

Le savon: ce que j’en pense après 2 mois d’utilisation

J’ai donc retrouvé la savonnette de mon enfance depuis quelques semaines. Pour ne pas trop m’éloigner de ma zone de confort, j’ai choisi le savon senteur Fleur de Coton de Roger Cavailles, que j’avais parfois acheté en version gel-douche et que j’adorais. J’étais donc certaine que mon savon sentirait bon, ou plutôt qu’il sentirait tout court. Je l’ai acheté lors d’un de mes voyages en France fin 2019 et j’ai commencé à l’utiliser dès mon retour à NYC (où je réside).

Alors, qui l’emporte 🏆 dans le match Savon / Gel-douche?

ODEUR : SAVON et GEL-DOUCHE EX-AEQUO🏆

Ma 1ère crainte avec le savon, était qu’il ne sente rien. Les gels douches ayant des parfums de synthèse très prononcés, ils me donnaient l’impression de « propre ». Comme si parce que je sentais bon, j’étais forcément propre (oui oui toujours gravos). Et comme j’avais le souvenir des savons basiques de mon enfance, sans odeur particulière, j’avais peur que le savon soit si léger que je ne me sente pas « clean» après la douche.

EN VRAI 💦 l’odeur est certes moins prononcée mais ça sent tout aussi bon. Et la vérité est qu’elle est beaucoup plus naturelle et moins chimique que celle des gels-douches. C’est normal, le gel-douche contient souvent du phtalate, composant chimique qui permet de fixer son odeur.

COMPOSITION: SAVON 🏆

J’ai beau ne pas être chimiste, la liste des ingrédients des gels-douches est aussi longue que mes poils en hiver [#onvousdittout]. Ils sont en général composé aux 2/3 d’eau, mais pour éviter la prolifération de bactéries dans l’eau, on y adjoint de joyeux conservateurs, issus de la pétrochimie (les remplaçants du paraben). Plus globalement, on y retrouve un tas de substances allergènes pas toujours jojo pour notre peau.

Alors que, un peu comme nous, le savon est composé aux 2/3 de matières grasses [🧀hihi], de lessive et d’eau. C’est tout.

IMPACT ÉCOLOGIQUE : SAVON 🏆

Un savon est au pire emballé dans du carton, au mieux sans aucun emballage, est il est totalement biodégradable. Les gels douches sont constitués de flacons en plastique à usage unique, et sont pour la plupart, emballés dans des cartons et parfois même de films plastiques [pour les petits packs promos]. Y a pas photo Ginette, attrape ta savonnette!

HYDRATATION : GEL DOUCHE 🏆

Ma 2e peur était que le savon laisse ma peau très sèche : oui, les formules chimiques des gels-douches favorisent l’hydratation. Là encore, souvenir de la rudesse de mon savon d’enfance, j’appréhendais cette sensation de tiraillement après la douche.

Sur ce point, je vais être honnête : le savon ne rend pas ma peau aussi douce que celle de mon huile lavante. Et comme je déteste appliquer de la crème hydratante sur mon corps après la douche [ton jean sur tes jambes qui collent, on en parle ?], je n’ai plus rien à envier à un crocodile, surtout en cette période d’hiver [tout, tout, tout, vous saurez tout]. C’est donc un mauvais point pour le savon.

PRATICITÉ : GEL DOUCHE 🏆

Ohh niveau praticité, y a pas photo, le gel-douche l’emporte. Je ne compte plus le nombre de fois où je me suis retrouvée en position «flamant rose qui cherche sa crevette» à récupérer ma savonnette [et c’est pas toujours joli à voir croyez-moi…].

Car attention, la savonnette est malicieuse : blagues des glissages de main, du « je reste collée au porte-savon », du « attrape-moi si tu peux sur le sol glissant de la douche ». On se marre.

RAPPORT A SOI: SAVON 🏆

En supprimant le gel douche, j’ai aussi supprimé ma fleur de douche tout en plastique (en y pensant, pourquoi se frotter avec du plastique?). Pas vraiment adepte du gant, j’ai donc commencé à me savonner avec mes mains. Et attention, révélations.

Pour la 1ère fois depuis 15 ans, je constate que je n’interpose plus rien entre mon corps et moi pour me laver. Pour la 1ère fois depuis 15 ans, je reprends contact avec ce corps avec lequel je cohabite tant bien que mal. Oui, je confesse ici que le savon m’a réconcilié avec mon corps, m’a permis de reprendre conscience de chaque cm de celui-ci et de les accepter tels quels. De ressentir mon enveloppe corporelle. Et d’avoir envie d’en prendre soin. La vérité nue, authentique. Juste avec un savon. La vie est franchement surprenante, hein.

 IMPACT ECONOMIQUE: 🏆

Si l’on se douche tous les jours, un savon dure en moyenne 2 mois et le gel-douche 1 mois. Et comme il n’y a pas de petites économies dans la vie…

En plus, on peut emporter son savon partout dès lors qu’il est sec : il ne prend pas de place et se transporte super facilement (bagage cabinet OK), ce qui évite d’avoir à acheter des miniatures de gel-douche souvent hors de prix.

Ma conclusion

Il n’y a pas photo. Après 2 mois d’utilisation, je suis conquise par la savonnette : retour à l’essentiel, simplicité, authenticité, la savonnette a eu raison du confort de mon huile lavante industrielle!

Illustration :Marine Dequenetain

Les savons que j’ai testé et que je recommande sont : les savons de Marseille, ceux de Roger Cavailles, les jolies savons Maison Mère (dispos sur l’eshop HelloNeo) et ceux de Pachamamaï (dispos sur l’eshop Phloeme).

Comme quoi, c’est facile d’avoir un geste simple qui soit bon pour soi et pour la planète.

Prochaine étape? Le shampoing solide! Mais mes cheveux ayant leur propre vie [un jour je parlerai de ma frange qui ne bouge jamais], je me demande si bousculer mes habitudes shampoonesques va être aussi facile que ça…

Sabrina, fondatrice d’Obazine

Fais pas le timide, laisse-nous un commentaire